Les dits de la Huppe

echos des sept vallées

La trinité, trois visages spécifiques d’une réalité unique

« La foi des chrétiens est un blasphème qui offense les musulmans ! L’islam s’exprime ainsi en tant que révélation finale par son prophète Mahomet.
Les chrétiens ont reçu du judaïsme la foi au Dieu Unique (Monothéisme). C’est ainsi que les disciples juifs du rabbi Jésus ont eu la conviction que Dieu était pleinement présent dans sa personne et dans le don d’amour qu’il faisait de sa vie. Le rabbin Gilles Bernheim précise même qu’ils ont vu en lui une « Thora vivante » et ils ont pressenti la Shekhina, la permanence de la Présence, dans sa résurrection. Incarnation du davar HaKadosh, reflet de la bienveillance du Père pour l’humanité, il était réellement le Fils pour ces témoins de l’événement.
`
D’où la formulation, dans les Ecrits néotestamentaires, de l’interaction entre le Père, le Fils et l’Esprit venant actualiser chez les croyants, cette relation d’amour et de communion qui peut transformer en lumière les réalités les plus sombres.
Mais à certaines époques, certains ont cru voir trois individus en Dieu, comme s’il s’agissait de trois divinités en une, ce qui n’a évidemment aucun sens, à moins de créer une mythologie ! (Trithéisme) L’ambiguïté du terme « trois personnes » a brouillé les cartes, le sens moderne de ce mot n’ayant pas de rapport avec ce que les anciens ont dénommé « hypostases », qui serait plutôt trois visages spécifiques d’une réalité unique.
Puis le mot latin « persona » a pris le relais, le terme propre au théâtre antique exprimant « ce qui parle derrière un masque ». A partir de quoi le malaise a persisté : comme si la Trinité, dont l’appellation n’est pas présente en tant que telle dans la Bible, était une énigme arithmétique compliquant l’approche théologique de la simple existence de Dieu. Le théologien juif américain Daniel Boyarin a réalisé une étude inédite sur les éléments pré-trinitaires présents à l’intérieur du judaïsme au 1er siècle, et il en conclut que l’idée du Dieu unique se reflétant dans une hypostase distincte était déjà reconnue dans certains courants apocalyptiques en Israël, et ceci, sans aucune influence de l’hellénisme.
Sans doute, la révélation du Dieu unique présent en Jésus Christ ne se satisfait pas de termes figés et trop limitatifs, et le drame est que le noyau dur de la foi – intégralement hébraïque – a été explicité par la suite avec des expressions tirées de la philosophie grecque, sujettes à rigidification. Les sectes gnostiques et les groupes ésotériques de tout genre s’en sont aussitôt donné à cœur joie et des représentations multiples ont alimenté la controverse tous azimuts.
L’influence prolongée de ces sectes dissidentes des premiers siècles explique en grande partie l’origine de la position intransigeante et agressive de l’islam face à la paternité spirituelle de Dieu chère au judaïsme et à la Trinité du Dieu Unique exprimée dans le christianisme (tri-unité).sany0321

C’est pour cette raison que le coran est rempli de malédictions envers les « associateurs », les chrétiens, ceux qui osent « associer » un être humain à la divinité d’Allah. C’est même la faute la plus grave aux yeux du coran, (le « shirk ») car Allah, muré dans sa transcendance, n’a pas de relation avec les humains, sinon par les injonctions qu’il leur adresse selon son impénétrable et céleste bon vouloir qui couvre le bien autant que le mal.

clerc muzzulman
La première sourate du coran, la fatiha, que les musulmans récitent au début de la prière, comporte un verset 7 où il est question de « ceux qui sont sous la colère d’Allah » puis de « ceux qui se sont égarés loin de sa volonté », c’est-à-dire, pour être clair, respectivement les juifs et les chrétiens, selon les commentateurs invariants au cours des siècles.
L’islam, seule religion universelle qui prie quotidiennement « contre les autres »
L’islam est farouchement hostile à la foi trinitaire des chrétiens, comme il est jaloux de l’existence des juifs et de leur historicité ; et la prière à Allah exprime ce mépris dans la fatiha, ce qui en fait aujourd’hui la seule religion universelle qui prie quotidiennement « contre les autres ».
A l’opposé, la foi au Dieu unique « Père, Fils, Esprit » offre des implications dialogales importantes. Cette spiritualité se comprend comme l’ouverture vers l’autre, la valorisation de la relation, l’unité dans la diversité, la dynamique de communion.
L’islam n’a nul besoin de dialogue et la tolérance n’est pas son objectif
Il y a là fondamentalement un choc frontal avec l’islam, qui a un sérieux problème avec l’altérité et qui ne conçoit tout mouvement de sa part vers les autres que comme une conquête exclusive et mondiale par la charia. L’islam n’a nul besoin de dialogue et la tolérance n’est pas son objectif.

Face à ces visions incompatibles de la coexistence, et imprégnée du projet universaliste mais non contraignant de la Bible, la foi chrétienne issue du judaïsme incite à avancer dans la vérité, dans un respect mutuel, sans toutefois subir passivement les coups de boutoir de l’adversité, et en prenant des responsabilités pour que ce monde devienne plus humain et plus vivable.
Berdiaev, théologien orthodoxe russe disait : « notre programme social, c’est la Trinité !».
Ce qui indique qu’il ne s’agit pas là d’un concept ésotérique et abstrait, mais que cela engage, dans toutes ses dimensions, le mystère de l’existence humaine personnelle et collective. Cela, sous le regard bienveillant et inspirateur de Quelqu’un qui est amour, source et fin de notre destinée, et dont les projets se révèlent dans les Saintes Écritures.
Reproduction : © Abbé Alain René Arbez

Publicités

4 mars 2014 Posted by | Religion | , , | Laisser un commentaire

L’église inversée

L’Église catholique est favorable à ce que l’enseignement confessionnel de la religion dans les écoles publiques soit également accessible aux autres traditions religieuses, parmi lesquelles l’islam.
Les délégués ont fait une évaluation critique du terme « islamophobie », utilisé pour décrire les réactions d’hostilité à l’islam apparues dans la société européenne.
Confirmant la volonté de l’Église de contribuer à surmonter ce genre de réactions qui « conduisent à l’intolérance », les évêques « exhortent les musulmans à nouer des relations positives et transparentes dans les différents contextes et à rejeter publiquement ces interprétations ».

Les prélats chrétiens font entrer le loup musulman dans la bergerie

Dans la cathédrale de Wiener-Neustad (ville au sud de Vienne), des prélats chrétiens font la messe avec des imams récitant à tue-tête le coran au nom de la bonne entente entre l’islam et le christianisme. Le reportage, tourné comme d’habitude dans l’attitude bien pensante des médias et du sacro-saint dialogue entre les cultes, oublie de préciser qu’au mois de mars 2012, un jeune musulman avait mis le feu à la cathédrale de la ville provoquant un dégât d’1 million d’euros. Il fallait donc ”apaiser” les tensions intercommunautaires (6% de musulmans dans la ville, chiffre en croissance dit le reportage). L’Église autrichienne n’a donc rien trouvé de mieux que d’introduire une belle brochette d’imams en plein cœur de la cathédrale de la ville pour ”célébrer” la messe. Évidemment les mahométans ne se sont pas gênés pour brailler quelques versets du coran face à un parterre de fidèles mélangés de femmes voilées et de chrétiens.
Plutôt que de se coucher devant les adorateurs d’Allah et de filer les clés de leurs églises, les prélats autrichiens feraient bien de mettre le nez dans les livres d’Histoire de leur pays. Ils découvriraient que leurs ancêtres, courageux eux, ont repoussé les musulmans turcs par deux fois lors des sièges de Vienne en 1529 et 1683 et ont sauvé l’Autriche de l’islamisation et aussi l’Europe.

Ce qu’ils semblent ou ne veulent pas savoir

Que le Coran est une déviation majeure des Évangiles (Père Edouard-Marie Gallez) ou si l’on préfère que l’Islam est une hérésie de la chrétienté (Exégèse scientifique du Coran par le frère Bruno Bonnet-Eymard : Aux sources du Coran il y a l’unique révélation biblique)
Ils ont même oublié Saint Jean de Damascene (Manssour ibn Sarjoun) (Victor fils de Serge), qui déjà considérait l’islam comme une hérésie chrétienne.

Vierge en gloire

Vierge en gloire

Quand comprendrons-t-ils ainsi que tous les dirigeants du monde entier que des études scientifiques textuelles récentes faites sur les manuscrits de la Mer Morte ont montré  que le Coran est  une déviation majeure des Évangiles ? Cette déviation aurait été édifiée par les califes Umar et Uthman et les généraux arabes à partir des textes évangéliques d’origine que les judéo-nazaréens avaient déjà modifiés puis traduit en arabe ; déviation orientée vers la recherche du pouvoir sur les autres par tous les moyens y compris la guerre. Il n’est donc pas étonnant que ce livre contienne des textes criminels qui incitent à la guerre et à la torture , comme ces deux exemples parmi tant d’autres : “Allah aime ceux qui font la guerre pour sa cause” (sourate 61,4); ou “Si donc tu les vaincs en guerre, inflige leur un châtiment propre à dissuader ceux qui les suivent” (sourate 8, 57). On a jamais fait mieux pour stimuler les combattants et éliminer tous incroyants et les dhimmis.

ainsi les propres « se-disant » bergers du culte évangélique tendent à paver la voie aux sectateurs de haine et de violence… l’inversion des valeurs, la trahison ultime… prédite !

(1) (GALLEZ Édouard-Marie, Le messie et son prophète, Tomes 1 et 2, Éditions de Paris, 2005 et :  Le malentendu islamo-chrétien, Editions Salvator, septembre 2012)

15 mai 2013 Posted by | Histoire, Religion | , , | Laisser un commentaire

Définition des religions

(pour francophones)

1. Taoïsme : La merde est apparue.
2. Bouddhisme : La merde apparue n’est qu’illusion.
3. Islam : La merde est apparue par la volonté d’ Allah.
4. Hindouisme : Cette merde est déjà apparue avant.
5. Catholicisme : Si la merde apparait, c’est que vous la méritez.
6. Judaïsme : Pourquoi cette merde nous tombe toujours dessus?
7. Christian Science : Si la merde apparait, priez et elle disparaitra.
8. Protestantisme : Puisse la merde advenir à quelqu’un d’autre.
9. Athéisme : La merde apparait sans raison.
10. Agnosticisme : Peut-être que la merde apparait, peut-être qu’elle n’apparait pas.
11. Hare Krishna : La merde apparait, La merde apparait, La merde apparait, La merde apparait, La merde apparait.
12. Stoïcisme : La merde apparait, et je peux la prendre.
13. Témoins de Jéhovah : Laissez nous entrer et nous vous dirons pourquoi la merde apparait.
14. Rastafarisme : Fumons cette merde et voyons ce qui arrive.

(pour anglophones)

1. Taoism : Shit happens.
2. Buddhism : Shit happening is an illusion.
3. Islam : Shit happening is the will of Allah.
4. Hinduism : This shit has happened before.
5. Catholicism : If shit happens, you deserve it.
6. Judaism : Why does shit always happen to us ?
7. Christian Science : If shit happens, pray and it will go away.
8. Protestantism : Let shit happen to someone else.
9. Atheism : Shit happens for no reason.
10. Agnosticism : Maybe shit happens, maybe it doesn’t.
11. Hare Krishna : Shit happens, shit happens, shit happens, shit happens, shit happens.
12. Stoicism : Shit happens and I can take it.
13. Jehova’s Witnesses : Let us in, and we will tell you why shit happens.
14. Rastafarianism : Let’s smoke this shit, and see what happens.

3 septembre 2011 Posted by | Humour, Pépiements, Religion | , , , , | Laisser un commentaire

un exemple de désinformation : les dessous de la religion catholique

« La lecture de l’évangile ne doit être permise que le moins possible, surtout en langue moderne et dans les pays soumis à notre autorité.
Le très peu qui est lu généralement à la messe devrait suffire et il faudrait défendre à quiconque d’en lire plus. Tant que le peuple se contentera de ce peu, nos intérêts prospéreront, mais dès l’instant qu’on voudrait en lire plus, nos intérêts commenceront à en souffrir.

Voilà le livre qui, plus qu’aucun autre, provoquera contre nous les rebellions, les tempêtes qui ont risqués de nous perdre. En effet, quiconque examine diligemment l’enseignement de la BIBLE et le compare à ce qui se passe dans nos églises, trouvera bien vite les contradictions et verra que nos enseignements s’écartent souvent de celui de la BIBLE, et plus souvent encore s’oppose à celle-ci. Si le peuple se rend compte de ceci, il nous provoquera jusqu’à ce que tout soit révélé et alors, nous deviendrons l’objet de la dérision et de la haine universelle.

Il est donc nécessaire que la BIBLE soit enlevé et dérobée des mains du peuple avec zèle, toutefois sans provoquer de tumulte. »

…Feuille bibliothèque nationale 1089. Vol 11 pages 641 650.
Références fonds latins no 12 558 année 155″


la liberté de l’esprit et de l’âme imposerait-il le retrait à la multitude?
Ce texte semble être un faux, partie d’une entreprise de désinformation à l’encontre de la religion catholique : donc acte !!!

ps : merci à Henry M. Saker pour nous avoir permis d’établir ce point

2 mai 2010 Posted by | Religion | | 2 commentaires

Barbarie : La bible aussi

Qu’est ce que la bible :
Une aggrégation de textes, compilés à des époques  différentes :

  • l’ancien testament,  manuel de survie  d’une tribu dans sa quête territoriale et économique
  • le nouveau testament, compilation de témoignages illustrant des épisodes de vie d’un être exceptionnel (qu’il ait été un réalité ou non est secondaire, l’essentiel sont les valeurs dont-il est porteur).

Tout les sépare.
Dans le premier cas, des textes divers d’où ressortent les valeurs communautaires, étriquées, exclusives d’un dieu « de race » jaloux et violent. Un texte du même niveau ethique que le Coran par exemple, c’est à dire faible , à nos yeux de contemporains (acceptation et incitation à l’intolérance et au meurtre collectif, orgueil de race dite « pure » et « supérieure », Antropocentrisme et exploitation ehontée de la nature et de ses autres occupants, …)
Dans le second cas, des témoignages de vie d’un être (quel qu’il soit et quelque soient les différents dogmes essayant de se l’approprier) dont les valeurs essentielles sont : compassion, empathie envers tout être et toutes choses, ouverture du cœur, sacrifice et don de soi même, …

Et pourtant ils ont été amalgamés par les « réécrivains d’histoire », alors que leurs valeurs intrinsèques sont à l’antithèse les unes des autres… et ils permettent à des « je ne les qualifie pas d’humains » d’arguer de la « parole divine » pour commettre crimes à leur profits.

Quelques exemples :

  • St Paul’s (Timothy 2:12)  : « Je ne permet pas à une femme d’enseigner ou d’avoir autorité sur un homme, elle doit rester silencieuse. »
  • Samuel 15:3 :  « Ceci est ce que dit le tout-puissant … ‘Allez maintenant et frappez Amalek et vouez le à la destruction tout ce qu’ils possedent. Ne les épargnez pas, mais tuez à la fois homme et femme, enfant et nourrisson, bélier et mouton, dromadaire et âne. »
  • Moïse Exodus 22:18 :  « Ne permettez pas à une sorcière de vivre »
  • Psaumes 137 :  « Heureux celui qui vous rendra ce que vous nous avez fait / Celui qui capturera vos enfants et les écharperas contre les rochers. »
  • Ephesiens 5:22 :  « Femmes, soumettez vous à vos maris comme à votre seigneur »
  • Pierre 2:18:  « Esclaves, soumettez vous à vos maitres avec le plus grand respect, pas seulement au bon et gentil mais aussi à celui qui est cruel. »

Du danger d’extraire des citations extraites du contexte
Source : shipsoffool

4 septembre 2009 Posted by | Religion, Valeurs | | 2 commentaires

Les étapes de l’église Romaine

C’est en fait un tableau chronologique, qui, nous l’espérons, rendra service à nos lecteurs. Il n’est pas mauvais de démontrer que depuis la prédication du Christ la doctrine chrétienne a passablement évolué. Il est intéressant de savoir comment et quand les dogmes ont pris naissance. On constatera alors que l’homme a fortement tripatouillé de ses mains sales et malhabiles, tout ce que l’apôtre de la douceur et de l’amour nous avait apporté :

La prière pour les morts débute vers l’an  ———————– 210
On commence à brûler des cierges vers  ————————— 320
Le culte des saints et des anges s’établit vers  ——————— 375
Le dogme de la trinité naît en   ————————————– 381
La messe en latin date de  ——————————————– 394
Le culte de Marie se développe vers  ——————————- 430
L’idée de la sainte vierge, mère de Dieu apparaît en  ————- 481
Les prêtres s’habillent autrement que les laïcs en  —————– 500
Le purgatoire est découvert en ————————————— 593
Le culte en langue inconnue du peuple est instauré en  ———– 600
Le Pape Boniface (111) reçoit le titre d’évêque Universel en —- 606
Le culte des images et des reliques est imposé en  —————–788
L’eau bénite apparaît vers ——————————————— 850
Le culte de saint-Joseph débute vers  ——————————- 900
La canonisation des saints en  —————————————- 993
L’élévation du pain en France  ————————————— 1050
Le célibat obligatoire des prêtres  ———————————— 1074
L’infaillibilité de l’église est instituée en ——————————1076
L’usage du chapelet s’introduit en ————————————1100
La doctrine des 7 sacrements est enseignée en ——————– 1140
La vente des indulgences date de  ———————————– 1190
On substitue l’hostie au pain ordinaire dans l’Eucharistie ——— 1200
Le dogme de la transsubstantiation (transformation de la substance du pain et du vin) en————- 1215
La confession auriculaire est imposée en  ————————— 1215
La clochette de la messe date de  ————————————-1227
Les cardinaux portent des chapeaux rouges depuis  —————-1245
La fête-Dieu date de  —————————————————1264
L’année sainte de ——————————————————–1300
L’avé Maria de  ———————————————————-1316
La procession de Saint Sacrement de  ——————————–1439
La doctrine du purgatoire n’est officiellement reconnue qu’en —-1439
La tradition romaine mise au niveau des Écritures en  ————-1546
Le concile de (Trente proclame officiellement la doctrine des 7 sacrements) —————————1547
La vierge apparaît à la Salette en  ———————————— 1846
Le dogme de l’Immaculée conception est proclamé en   ———- 1854
La doctrine du pouvoir temporel est acceptée en   —————– 1864
Les Syllabus de Pie 1X condamne les libertés modernes en  —– 1870
Le dogme de l’infaillibilité du Pape dans de  ———————— 1870
Encyclique de Pie X sur les mariages mixtes   ———————- 1908

Ainsi donc, en l’an 300, le catholique ne connaît ni le purgatoire, ni la communion, ni la procession de Sacrement, ni l’infaillibilité de l’Église et du Pape, ni le culte des morts, ni la fête-Dieu, ni le célibat des prêtres, ni les 7 sacrements, ni les saints, ni la Vierge, ni Joseph, ni les anges, ni les images, ni les reliques, ni les clochettes, ni les chapelets.

Est-ce-que es chrétiens primitifs furent sauvés quand même, à cause de leur foi en une église faillible, sans eau bénite, ni latin, ni cierge?

4 avril 2009 Posted by | Histoire, Religion | | 2 commentaires