Les dits de la Huppe

echos des sept vallées

La zebiba, pierre de folie, obstacle au troisième oeil

Dans toute vrai tradition spirituelle (religion, culte, système révérenciel, traditions de type chamanique,…), on se rappelle de l’existence de l’ancienne vision (passive) des mondes intérieurs que présentaient les êtres de la vague de vie en activité dans ces époques antérieures.

Ainsi, le symbole du « troisième œil » a été spécialement développé par les religions orientales (bouddhisme, hindouisme …) mais se retrouve également dans les mythes Gréco-romains (cyclope Polypheme, …), dans la tradition chrétienne (auréole des saints, …), le Zoroastrisme, …

Certains chamanes incas, et aborigènes d’Afrique du sud sont réputés avoir même pratiqué des interventions de trépanation rituelle (encadrée précisément et méthodologiquement) à des fins de libération mentale et d’éclairement de la conscience.

Au moyen-age occidental, on retrouve des réminiscences des ces points dans la pratique de l »excision de la pierre de folie ».

Extraction de la fleur de folie

Cet acte peut soit

  1. être pris au premier niveau (chirurgical), pour libérer la pression intracrânienne du sujet en proie à une infection ou outre mal.
  2. considéré comme une ouverture du « troisième œil » au sens initiatique, alchimique  d’ élévation de conscience

Quoiqu’il en soit, cette opération était considéré comme une étape dans un processus d’initiation, car elle aurait permis la respiration intracrânienne et la vision des mondes intérieurs, au même titre que l’ouverture de la fontanelle du nouveau-né (pendant quelques mois) lui permettrai d’avoir une visualisation passive des esprits des mondes invisibles.
Ce troisième oeil est souvent assimilé au chakra AJNA du front (entre les deux yeux) , symbole de l’ouverture du mental, lucidité, clairvoyance, discernement…

Par contre, seule la tradition islamique insiste sur le « signe de piété, marque de prière » que constituerait une callosité du front appelée « zebiba » (grain de raisin) constituée par le frottement répétitif lors de la génuflexion de la prière. Les clercs islamiques aiment à arborer un tel signe, qui à l’instar des pharisiens, prouverait leur allégeance à la religion inversée. « Si le fidèle prie conformément à l’ordre qui lui en a été donné par le Prophète  et se prosterne sur le sol ou sur une surface dure, il peut en recevoir une marque sur son front. Leurs visages sont marqués par la trace laissée par la prosternation.» (Coran, 48 :29) ».
La zebîba résulte des prosternations quotidiennes : elle prend d’abord la forme d’une hyperpigmentation de l’épiderme, une tache violacée, puis d’un calot de peau, constamment soumis à de nouvelles frictions. D’autres calots résultants de la prière apparaissent par ailleurs aux chevilles et aux genoux, qu’on appelle aussi zebîba-s, mais qui, moins souvent visibles, n’ont pas la faculté d’influer sur la perception d’un homme comme celle du front, et lorsque pour le décrire on dit de quelqu’un qu’il « a une zebîba », c’est qu’elle se situe sur le visage. Le nom zebîba signifie littéralement « raisin sec », sans doute pour cause de sa couleur violacée et de sa petite taille à l’origine.
Dans la sourate XLVIII, « Al-Fath », verset 29, l’interprétation du mot sîmâhum, pareillement marque, empreinte, signe de reconnaissance, résultant des prosternations.

Cette callosité ressemble à, ce qu’au moyen-age, on appelait la pierre de folie (fleur de folie, inclusion minérale), génératrice de maladie mentale par pression et atrophie du cerveau interne (paranoïa, schizophrénie, perte du sens moral…). Ces symptômes particuliers rendent ce type de malade dépendant de systèmes de règles et procédures externes extrêmement forte, enfermantes et détaillées, car ils sont dans l’incapacité d’en élaborer devant une quelconque modification du réel.
De plus cette callosité est un durcissement, une rigidité qui va masquer le « troisième œil », centre sacré d’ouverture de conscience : c’est ainsi, sans doute, que Shaitan marque ses fidèles, en les empêchant de « voir » (devenir clairvoyant).

Publicités

15 décembre 2011 - Posted by | Anthropologie, Religion | , ,

2 commentaires »

  1. Du grand n’importe quoi encore un détracteur de l’islam. Justement ouvrir ces chakras sans la protection de Dieu c’est la porte ouverte a tous les djinns.

    J'aime

    Commentaire par Clément TRIBOURDEAU | 7 avril 2017 | Réponse

    • réponse habituelle de sectaire, répondant par insultes et qualificatifs d’oiseaux…
      Aucune analyse des élément de l’article : vous affirmez une opinion non soutenue par des éléments factuels.
      Vous n’êtes donc pas crédible, apprenez la politesse et la mesure, pour tenter de purger votre esprit d’illusions et autres idées complotistes; Votre opinion ne sera pas recevable ni discutée avant cela.

      J'aime

      Commentaire par LaHuppe | 7 avril 2017


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :