Les dits de la Huppe

echos des sept vallées

Le livre, cet ennemi des intégrismes de tout poil

 

Le livre imprimé, apparu en Europe au milieu du XVe siècle, a d’emblée été un moyen unique de transmission des idées qui a profondément bouleversé l’évolution de l’humanité

La longue maturation d’un livre

Présent dès le plan primitif de la collection, ce livre y revêtait une importance capitale. En effet, dans l’évolution de l’humanité, l’apparition et le développement rapide du livre imprimé ont indéniablement constitué un tournant majeur dans la transmission de la pensée dans de nombreux domaines. Cela dit, le titre choisi a pu être jugé abusif: le livre existait bien avant l’invention, en Europe, de l’imprimerie à caractères mobiles, au milieu du XVe siècle [1], attribuée généralement à Gutenberg. Dès le début du siècle, on s’efforçait de produire «en série», mais avec des copistes, donc un par un, un certain nombre de livres. L’apparition du livre imprimé tombait à pic pour répondre à ce besoin croissant de livres produits en quantité, notamment depuis la création des premières universités en Europe dès le XIe siècle (Bologne), mais surtout durant les XIIIe et XIVe siècles, durant lesquels elles bourgeonnèrent littéralement (celle de Paris fut créée en 1200, puis Cambridge en 1209, Rome en 1245, Vienne en 1365, Heidelberg en 1385, etc.).

C’est au coanimateur de la collection, Lucien Febvre, que son fondateur Henri Berr confie dans les années 1930 le soin de rédiger l’ouvrage. Confronté à de trop nombreuses tâches, Febvre se limitera finalement à en écrire le synopsis et la table des matières, et à en superviser la première rédaction dont il a confié à Henri-Jean Martin, à l’époque tout jeune historien [2], le soin de rédiger l’ouvrage, accompagné de plusieurs collaborateurs spécialisés. Le livre paraîtra finalement en 1958, deux ans après la mort de Lucien Febvre. Ce n’était certes pas le premier livre consacré à ce sujet, mais il est original à plus d’un titre, en particulier dans la mesure où il ne se limite pas à relater la naissance de la technique, l’évolution et la diffusion géographique et économique du livre imprimé jusqu’au XVIIe siècle, mais mesure, dans la dernière partie («Le livre, un ferment») l’impact phénoménal du livre imprimé dans la diffusion des idées.

Au début était la technique… mais manquait le papier!
Quelques précisions sur les débuts de l’imprimerie sont toutefois intéressantes à relater: si, dans ses premières décennies d’existence, le livre imprimé peine à se développer, c’est notamment en raison de la pénurie du support de base nécessaire à sa fabrication en série: le papier. Avant le livre imprimé, le support était le parchemin, c’est-à-dire de la peau d’animal (généralement de mouton, mais aussi de chèvre ou de veau – d’où le nom de «vélin», en fait de la peau de veau mort-né). Difficile à produire de façon industrielle à l’époque, et peu adapté à l’imprimerie. Il faut donc fabriquer du papier à base de chiffons, et le métier de chiffonnier devient très lucratif! Autre problème: fabriquer des caractères mobiles résistants et bien calibrés: ce sont les orfèvres qui vont en devenir les premiers fournisseurs pour les presses, très majoritairement de taille modeste (un atelier ne dispose souvent que d’une ou deux presses), qui vont éclore un peu partout, principalement en Italie dans un premier temps, et à proximité des universités et des grands centres, les endroits les plus «assoiffés» de livres. Si les premiers livres sont tous imprimés en caractères gothiques et en latin, très rapidement des caractères romains et des livres en langue «vulgaire» vont faire leur apparition: ce sera la première «démocratisation» du livre. Et des règles orthographiques plus standardisées vont ainsi se mettre en place dans les différentes langues utilisées. Outre les livres religieux et les ouvrages de droit ou d’autres matières destinés aux étudiants, ce sont les penseurs et historiens de l’Antiquité gréco-romaine qui vont rapidement être l’objet de l’intérêt des lecteurs: ce sont ces intellectuels renouant avec cette tradition de la pensée qui forment ce que l’on appelait originellement les «humanistes». Rien à voir, donc, avec ce que le terme d’«humanisme» recouvre de nos jours… Ainsi, si à Paris, en 1501, sur 88 livres publiés, 53 sont religieux (soit 60 % du total) et seulement 25 des livres d’auteurs latins, grecs ou des œuvres d’humanistes, en 1549 le rapport s’est plus qu’inversé: sur 332 livres publiés, les livres religieux ne sont plus que 56 et pèsent donc moins de 20 % du total.

«Le livre, ce ferment»

djihad contre savoirSi dans les premières décennies le clergé et les prélats catholiques se réjouissent de ce que le livre imprimé pourra permettre une plus large diffusion des missels et autres bréviaires, ils vont vite se rendre compte des dangers que comporte cette invention diabolique! Et c’est là qu’on mesure à quel point le livre imprimé a joué dès sa création un rôle unique dans l’histoire de l’humanité: si la Réforme, initiée par Luther au début du XVIe siècle, était née quelque cent cinquante ans plus tôt, il y a fort à parier que sa diffusion en eût été beaucoup freinée, et peut-être même le protestantisme serait-il resté anecdotique: le livre a joué en tout cas un rôle décisif dans sa propagation. À cela s’ajoute l’apparition d’une littérature licencieuse, s’en prenant aux rois ou prônant des mœurs légères… Dès 1546, Charles Quint fait dresser par l’université de Louvain une liste de livres interdits. Et le concile de Trente (dont les vingt-cinq sessions s’étaleront de décembre 1545 à décembre 1563 et couvriront cinq pontificats) accouchera de l’*index librorum prohibitorum, qui perdurera jusqu’au concile de Vatican II, dans les années 1960. Au XIXe siècle encore, tout ou partie des œuvres romanesques de Balzac, George Sand, Victor Hugo, Eugène Sue, Dumas père et fils, Flaubert, Stendhal et Zola subirent cette «mise à l’Index» [3]: Notre-Dame de Paris et Le Rouge et le noir, par exemple, figurèrent à leur parution dans la liste des livres prohibés par l’Église catholique…

Certes, la technique s’est perfectionnée depuis Gutenberg. Mais finalement, le livre imprimé d’aujourd’hui n’est pas si éloigné de ce qu’il était à l’origine. Et il a en tout cas conservé son rôle de «ferment», de propagateur d’idées, et continue à faire trembler les intégristes, qu’ils soient religieux, politiques ou que sais-je encore, et les empêcheurs de penser librement de tout poil! Et c’est bien pour cela qu’il est et restera unique, et que son degré de liberté est le symptôme d’une société et d’une époque.

NOTES
Dès le IXe siècle, les Chinois inventèrent un système d’impression à caractères mobiles, alors qu’ils fabriquaient du papier déjà depuis le Ier siècle…
Né en 1924 et mort en 2007, Henri-Jean Martin devint le fondateur de ce que l’on appelle communément l’école française d’histoire du livre et codirigea avec Roger Chartier la monumentale Histoire de l’édition française en quatre volumes, publiée dans les années 1980 par les Éditions du Cercle de la Librairie.
Sur ce sujet : La littérature française du XIXe siècle mise à l’Index, de Jean-Baptiste Amadieu, Cerf/Patrimoines, 2017. Et un ouvrage passionnant sur une période encore plus récente : La mise au pas des écrivains. L’impossible mission de l’abbé Bethléem au XXe siècle, de Jean-Yves Mollier (Fayard, 2014).


extrait de Pascal Vandenberghe

Publicités

10 octobre 2017 - Posted by | Anthropologie | ,

Aucun commentaire pour l’instant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :