Les dits de la Huppe

echos des sept vallées

La vraie démocratie serait-elle le tirage au sort?

La Grèce antique, dont nous avons hérité certaines de nos pratiques politiques, avait mis en place des procédures de désignation de magistrats par tirage au sort.
L’essence de la démocratie se fondait sur plusieurs points :
Désignation de responsables politiques et magistrats par tirage au sort, ce qui avait l’avantage de s’extraire du système clanique, patricien repris par les Romains et dans lequel nous sommes retombé (notre fausse démocratie n’est en fait qu’une oligarchie mi financière-mi médiatique).
Interdiction d’être réélu

Effectivement l’élection par tirage au sort jouait un rôle très important dans le système de désignation des magistrats des démocraties grecques, et surtout à Athènes (ce serait Solon qui en aurait introduit l’usage). Au Ve siècle av. J.-C., qui est considéré comme le moment d’apogée de la démocratie athénienne, le tirage au sort avait une importance capitale au sein des institutions : les membres du Conseil, par exemple, étaient désignés par l’assemblée du peuple, par le moyen du tirage au sort (là, c’est un peu compliqué : parfois il y avait un double tirage au sort ; parfois le tirage au sort était précédé d’un vote de sélection, ou bien suivi par ce vote, etc.) Mais en bref, le pouvoir exécutif était aux mains de magistrats désignés par le sort.

Ce qu’il faut comprendre, c’est que paradoxalement, ce mode de désignation constituait aux yeux des Anciens l’essence même de la démocratie, parce qu’il renforçait le pouvoir de l’assemblée. Par opposition au mode de désignation par vote, qui assurait aux représentants des familles puissantes et influentes une élection facile :  par leur autorité, ces personnalités obtenaient beaucoup plus de voix que les autres. Le tirage au sort était, d’ailleurs, associé à l’interdiction d’être réélu, ce qui permettait une considérable rotation des charges publiques : et le pouvoir encore une fois restait aux mains du peuple, et non en la possession de ceux qui occupaient une charge. Ceci étant dit, il y avait une restriction non négligeable, même au milieu du Ve siècle : le recours au vote fut maintenu pour élire les stratèges, et certains trésoriers dont la charge exigeait des compétences techniques…

Ne devrions nous pas nous en inspirer, et procéder à un tel tirage au sort, dans un vivier de « vrais citoyens, honnêtes hommes » présélectionné?
Cela aurait comme avantage d’éliminer les hommes politiques professionnels, dont les qualités distinctives sont volonté de puissance, hypertrophie du moi… au détriment des valeurs de service à autrui et à la collectivité.

Publicités

23 juin 2012 - Posted by | Politis, Valeurs

Aucun commentaire pour l’instant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :