Les dits de la Huppe

echos des sept vallées

Attar et le soufisme

quelques définitions préalables pour cerner le débat… (définitions par essence non exhaustives et certainement incomplètes)

La spiritualité pourrait être la partie de la psyché des organismes vivants cherchant le lien à la divinité. Elle est inhérente en chacun, sans forme préconçue, peut se révéler consciente ou inconsciente, tend à se révéler dans l’éthique ou recherche de valeurs intérieures autonomes…
La religion  (sémantique du latin  « religere » = relier ) est l’ensemble des structures HUMAINES pour tenter de relier l’humain à la divinité (sans préjuger de son existence, ce qui est le choix de chacun) : les religions sont des intermédiaires autoproclamées entre la divinité, le pôle spirituel de l’individu, et les structures organisationnelles du monde (politiques, juridiques, cléricales…). La religion va créer des normes, des dogmes censées encadrer l’évolution de l’humanité selon le niveau (éthique, énergétique, …) atteint par celle-ci, ou des groupes la constituant (chacun de ces groupes n’ayant pas forcément le même degré d’évolution). Dans le cadre d’une religion, on croit :la religion culpabilise, la religion renforce la peur et la séparativité.

La vrai spiritualité n’a que faire de la religion, elle lui est juste un paravent extérieur…La spiritualité stimule, pousse à apprendre de l’erreur et de l’éloignement du réel : dans la spiritualité, on vit…
La vrai spiritualité ne peut se juger que sur des valeurs de tolérance, de compassion, de fluidité, d’ouverture du cœur, …
Quiconque sépare, lance des anathèmes, diabolise, … se situe ainsi lui-même dans un groupe d’évolution antérieur de l’évolution de l’humanité : les forces adverses sont séparatives par essence. La religion nourrit l’ ego, la spiritualité transcende l’égo et valorise toutes les enseignements qui valorisent le bien collectif et la vie. La religion produit de la dévotion et de l’inconscience, antichambre vers la manipulation, la spiritualité produit de la méditation et de l’autonomie, voie vers des êtres libres.
La spiritualité est universelle, les religions n’en sont que des expressions culturelles particulières et localisées

Divers messagers d’ouverture spirituelle sont apparus depuis 2000 ans : leur intégrité est reconnaissable à ceux dont le coeur sait voir  (Krishna, Abraham, Moïse, Bouddha, Zoroastre, Jésus-Christ, Bahāʾ-Allāh, Confucius…), et leur enseignements est proche en essence, même si chacun mets l’accent sur des chemins diversifiés. On les reconnait à leurs valeurs positives décrites nommément dans leurs textes constitutifs.

Par conséquence, tout « se disant prophète » enseignant des valeurs séparatives, ou de haine (mort de l’apostat, inégalité, esclavage, …) peut sans risque d’erreur être désigné comme l’envoyé des forces adverses (satan/sheitan…). Celles ci ont effectivement envoyé un messager en 623 pour tenter de contrer l’ouverture universaliste de la conscience apparue peu avant, messager qui s’est imposé par la force et la violence, et maintient encore aujourd’hui d’innombrables individus dans les ténèbres de l’inconscience.
La plupart des religions sont devenues des prisons mentales et spirituelles enfermant leurs fidèles, et qui divisent les hommes a lieu de les rassembler. Quel paradoxe quand l’on sait que le mot « division » est étymologiquement « l’œuvre du diable »!

Le soufisme est une des voies d’initiations présentes depuis longtemps en orient provenant du Mazdéisme/Zoroastrisme et de tous les cultes solaires antérieurs.
Les cultes solaires tendent à accroitre la conscience au détriment des forces « chthoniennes » de l’inconscient lunaire. Les forces adverses (c’est à dire inadaptées désormais à l’évolution actuelle des humains – sauf de retardataires) sont des cultes lunaires privilégiant l’obscurcissement de la conscience et de l’autonomie individuelle : vous ne serez un être libre, conscient, éveillé… que si vous choisissez sans normes, ni contraintes extérieures la voie droite (cad sans enfantines menaces d’enfer, lapidation, …), votre voie droite (qui est différente de celle d’autrui)

Le soufisme, haute tradition mystique, hautement respectable par son cheminement et valeurs, a été kidnappé et perverti par les forces retardataires de l’humanité : son haut message symbolique a été abusivement récupéré par ce système humain juridique totalitaire qu’est l’islam.
Il appartient à l’esprit libre d’en décortiquer la gangue pour en retrouver le sel originel…

Le soufisme authentique n’a rien à voir avec l’islam : il est son antithèse…
l’islam s’est approprié le soufisme et l’a perverti en modifiant quelques de ces directions.
L’on ne peut se « vétir de laine », vouloir se défaire de ses passions, suivre la loi d’amour, …et promouvoir un « bo modèle » pédophile, raciste et génocidaire. L’on ne peut se prévaloir d’une pureté au détriment d’autrui en diabolisant l’apostat, le kouffar, le différend et en restant assujetti à des pratiques rituelles archaïques. L’on ne peut vouloir propager une loi d’amour et continuer de vouloir dominer le monde par la force…

La possibilité d’ouverture intérieure, de cheminement initiatique, d’abolition de la loi, est offerte à quiconque (qui le veut) depuis 2000 ans ; certains groupes retardataires ont rejeté cette offre. Innombrables seront les trompés, ils risquent hélas d’être laissé en arrière lors du grand tamis qui vient…

Publicités

20 mai 2012 - Posted by | Religion |

Aucun commentaire pour l’instant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :