Les dits de la Huppe

echos des sept vallées

des textes sacrés…?

Les textes dits « sacrés » sont la plupart du temps soit des compilations de sagesses orales existantes, soit des réécritures à visées géopolitiques, … toujours écrits par des hommes, toujours brandis par des hommes pour assujettir les consciences.
Ils ont cependant une grande utilité culturelle et éthique pour le développement de conscience de l’humanité. Il est illusoire et contre-productif de se battre à leur sujet (historicité, réalité, exactitude, authenticité…), ce qui s’apparente à un débat sur le sexe des anges… sans intérêt factuel.
L’essentiel est d’en extraire les valeurs essentielles spécifiques… de les sentir/comprendre en son cœur…et de les vivre.

Un texte « sacré » est lié à son insertion dans le monde, sa localisation terrestre, ses liens d’avec les traits particuliers de sa civilisation d’origine

Il existe à mon sens deux grandes strates de messages philosophico-religieux :

  • ceux émis par les traditions anciennes , ouvertes sur la symbiose avec notre milieu de vie, et la terre, perçue comme entité sacrée (animisme, chamanisme, par nombreux aspects religions polythéistes avérées…) : cf indiens, Tao, cultes dits souvent païens…
  • et ceux qui propagent des instructions subliminales poussant à l’exploitation des ressources, des richesses de la terre…à la croissance folle et perpétuelle …course sans fin d’esprits paranoïaques et assoiffés… toutes choses poussées par les religions monothéistes qui se rejoignent ainsi dans la volonté d’asservissement de GAIA,  la terre, leur propre Royaume!!!

La sagesse repose dans l’équilibre, la voie du milieu, la simplicité, la frugalité… et toutes ces religions en sont l’antithèse au bout d’un certain temps d’utilisation par les groupements d’hommes…

n’est il pas trop tard?

L’espece humaine va s’éteindre

Les lapins et les aborigènes

22 juin 2010 Posted by | Gaia, Religion, Valeurs | | Laisser un commentaire

Une crise économique, non une crise ethique

L’état échoue parce que ce n’est pas son rôle de fournir, de produire, ..
Le seul rôle de l’état devrait être de définir et faire appliquer des règles de fonctionnements collectifs, prenant en compte les intérêts à moyen et long terme de la population (passée et à venir).
L’état n’a pas à produire des services de sécurité sociale, il doit seulement (et c’est essentiel) s’assurer que chacun bénéficie d’une telle protection (fournie et optimisée par des acteurs privés).
Le bémol que je mettrai est l’oubli de la prise en compte (dans cette article) des intérêts des autres acteurs de notre biosphère(plantes, animaux, …)
Quid du magister moral du long terme que l’entreprise privée ne peut assurer?
En effet croire que la main « invisible » du marché,  l’équilibre automatique entre acteurs économiques assurerait l’optimum est au mieux un mythe, au pire une stupidité.
Qui peut penser que la somme des actions économiques à  court terme (orientées vers un gain monétaire limité) assurerai l’harmonie sur le long terme accompagné du courage de prendre les décisions de long terme qui en découlent.

Le  « tout privé », je veux bien, …à condition que la puissance de régulation/contrôle étatique soit irréductible et sans failles.

Que les acteurs économiques voulant vendre sur place, produise et emploie sur place

Propositions pour sortir de la crise

22 juin 2010 Posted by | Politis, Valeurs | | Laisser un commentaire