Les dits de la Huppe

echos des sept vallées

La vraie communauté

Elle n’a pas de structure,  seulement de la compréhension.
Elle n’a pas de membres, sauf ceux qui savent qu’ils en font partie.
Elle n’a pas de rivaux, car elle ne nourrit pas d’esprit de compétition.
Elle n’a pas d’ambition, elle ne cherche qu’à servir.
Elle ne connaît pas de frontières, car les nationalismes sont dépourvus d’Amour
Elle n’est rien en elle-même, car elle cherche à enrichir tous les groupes et toutes les religions.
Elle n’a pas de secret, pas d’arcane, pas d’initiation si ce n’est la vraie compréhension du pouvoir de l’AMOUR et que, si on le veut, le monde changera, mais seulement si on se change soi-même d’abord.
Elle reconnaît tous les grands enseignants de tous les âges qui ont manifesté la vérité de l’AMOUR.
Ses participants pratiqueront la vérité de l’AMOUR de tout leur être.
Elle ne cherche pas à enseigner mais à être, et par cet état d’être, à enrichir.
Elle reconnaît la planète entière comme étant un Etre dont nous sommes tous une partie.
Elle reconnaît que le temps est venu pour la suprême transmutation, l’acte alchimique ultime du changement conscient de l’ego du monde dans un retour volontaire dans le Tout.
Elle ne se proclame pas à haute voix mais dans les sphères subtiles de l’AMOUR.
Elle salue tous ceux qui dans le passé ont montré la voie et en ont payé le prix.
Ses membres se reconnaîtront par leurs oeuvres et leur être, et par leurs yeux, et par aucun autre signe extérieur qu’une accolade fraternelle.
Ses membres consacreront leurs vies à l’AMOUR silencieux de leur prochain, leur environnement et la planète, tout en accomplissant leur tâche, si exaltée ou humble soit-elle.
Elle reconnaît la suprématie de la Grande Idée qui ne peut être accomplie que si la race humaine pratique l’AMOUR.
Elle n’a pas de récompense à offrir ni ici ni dans l’au-delà, si ce n’est la JOIE ineffable d’être et d’aimer.
Ses membres chercheront à faire avancer la cause de la compréhension, faisant le bien en restant dans l’ombre, et enseignant seulement par l’exemple.
Ses membres guériront leur prochain, leur communauté et notre planète.
Ses membres ne connaîtront aucune peur et point de honte, et leur connaissance l’emportera envers et contre tout.

Tous ceux qui en font partie appartiennent à l’Eglise de l’AMOUR.

Publicités

10 décembre 2008 Posted by | Pépiements, Référence, Spiritualités | , | Laisser un commentaire

La sixième vallée, de l’étonnement

Dans La conférence des oiseaux , les oiseaux parcourent le monde, de vallée en vallée, à la recherche d’un être mystérieux, le Simorg. Ils traversent notamment la sixième vallée, la vallée de l’étonnement, au cours de leur parcours initiatique d’une importance primordiale, image du cheminement intérieur de la conscience, tant individuelle que collective.

D’où vient l’étonnement sinon de la confrontation des choses contradictoires, de la fusion des paradoxes, dans le creuset alchimique ? On doit parfois accepter une chose et son contraire, en même temps.

C’est ce qui arrivait à ces pauvres oiseaux qui, dans la vallée de l’étonnement, devaient accepter qu’il fasse jour et nuit à la fois, qu’il fasse froid et chaud à la fois, etc…  Comment ne pas devenir fou si c’est là une réalité ? Il y a deux portes de sortie pour cette folie là. Il y a l’acceptation de l’étonnement, de cette confrontation non seulement des contradictoires, mais à un niveau plus intégré, à une confrontation des niveaux de Réalité dans leur discontinuité.  C’est la discontinuité qui produit l’étonnement, un choc intérieur qui fait explosion,  explosion de nos certitudes, de nos habitudes mentales, comme cela s’est produit avec la pensée classique par rapport à la pensée quantique. C’est pour cela que la pensée classique ne cesse pas de finir. Elle est constamment là dans toutes les institutions,… sociales, politiques, économiques, etc… La pensée quantique existe depuis un siècle et pourtant il n’y a pas véritable communication entre les deux. Plus exactement, il y a non-ajustement. Pourquoi ? Parce que, peut-être, l’étonnement n’est plus une valeur !

Paradoxalement, au siècle de l’incertitude, ce qui remplace l’étonnement, ce sont ses faux-semblants, notamment ceux constitués par l’émerveillement. On vous propose par exemple de vous émerveiller devant la beauté des galaxies. C’est intéressant, c’est confortable, cela rassure. L’étonnement, lui, vous met en danger ! En quel sens ? Je dirai en danger de vie, ressenti comme un danger de mort. L’étonnement est une force fabuleuse qui fait traverser les niveaux, qui, traversant votre vie, vous aide à évoluer. La physique quantique et, de plus en plus, la biologie moléculaire aident à développer de manière éducative ce sens de l’étonnement. Il faudrait, dès l’école primaire, mettre les enfants en présence de mots antinomiques et inconciliables, d’ oxymorons, de contradictions apparentes. Ils connaissent encore l’unité des contradictoires, mais très vite on leur apprend que c’est inutile. Notre civilisation a enfoui l’étonnement salvateur sous une couche de merchandising…   pacte avec la voie adverse qui cherche l’éparpillement et la dissociation.

L’union des contradictoires se réalise par le symbole, et sa perception intuitive, voire sensitive…

Le symbole a , hélas, été vendu aux marchands d’illusions, agences de publicité, organismes de media, TVpoubelle… et autres abreuvoirs à benêts.

10 décembre 2008 Posted by | Pépiements | , | Laisser un commentaire

Chaque homme est son propre chemin, sa propre lumière, sa propre Vérité.

O toi, qui cherches la Vérité, arme-toi d’une patience inépuisable. Tu auras à parcourir une longue route qu’à ton insu, dans ta présente incarnation, tu as déjà entamé à d’innombrables reprises.

Tu auras à frapper à bien des portes, où habitent des gens que tu supposeras, souvent à tort, en savoir plus que toi.

Tu auras à présenter ta lanterne, au milieu de la nuit sombre chez de multiples penseurs, sages et philosophes qui, presque tous, auront des vues différentes sur la vie et le monde, sur les hommes et les choses.

Tu t’adresseras peut-être de préférence aux grands instructeurs, fondateurs de religions et prophètes, tu constateras qu’eux aussi, bien qu’ils prétendent avoir reçu la Vérité par révélation, et parler presque tous au nom de la Divinité, sont différents dans leurs systèmes et leurs enseignements.

Tu constateras avec douleur et découragement que sur des points d’une importance capitale leurs paroles sont en opposition flagrante. Les uns te diront que les hommes sont régis par un Père miséricordieux, plein d’amour pour les plus petits ; d’autres, que seules des forces impersonnelles, inaccessibles et abstraites tissent la trame de nos existences ; d’autres encore te parleront d’un Dieu irascible et vengeur ; d’autres enfin, te représenteront un Dieu exclusif ; frappant ceux qui ne l’adorent pas.

Avec une amertume profonde tu te demanderas, pourquoi les paroles attribuées aux Messies et devant servir de direction pour I’humanité, n’ont pas été protégées par eux contre la déformation que, souvent, leurs disciples ont faite dans la suite, de façon à en former des dogmes peu compatibles avec l’amour divin ou la raison humaine.

Tu constateras aussi avec stupéfaction le manque d’explications dans la plupart des religions, concernant le comment et le pourquoi des choses essentielles pour la compréhension de la vie.
Tu désespéreras de ne voir jamais sortir la Vérité de son puits, Beauté invisible pour les humains.
C’est surtout sur la question du bien et du mal que tu resteras en méditation ; elle sera insoluble pour toi si tu te places uniquement sur le terrain de la croyance en une puissance supérieure à laquelle tu attribues des qualités humaines.

Tu seras glacé d’effroi quant à la cruauté que les humains manifestent à l’égard de leurs semblables et tu douteras du progrès humain. Tu te demanderas si tant d’injustices collectives et de crimes personnels peuvent s’accomplir impunément. Un doute surgira aussi dans ton esprit quant à l’existence d’un plan divin. Tu constateras des régressions terribles de la civilisation, ainsi que l’intuition de systèmes de violence et de tyrannie faisant fi de tout principe d’humanité, au moment où tu t’attendais à voir le genre humain faire un pas décisif en avant.

Tu trouveras tes frères en humanité divisés d’une manière désastreuse précisément au nom de la Vérité, s’excommuniant les uns les autres au nom de leurs orthodoxies religieuses, sociales et politiques, prétendant tous posséder la seule vérité et l’imposer aux autres.

Les hommes te paraîtront des êtres ignorants, ne connaissant rien de leur haute origine qui est cependant révélée par leur composition mystérieuse et merveilleuse, laquelle seule devrait leur ouvrir les yeux.
Tu les considèreras comme de grands enfants, mais de terrifiants enfants, plus enclins au mal qu’au bien, se moquant dans leur ignorance de ceux qui prétendent en savoir plus qu’eux concernant la réalité du Royaume de l’Esprit, la Majesté de Dieu, présente en nous, et de la Justice divine.

Combien peu servent les leçons du passé pour les générations suivantes ! L’humanité doit sans cesse apprendre les mêmes leçons, passer par les mêmes épreuves, quelque terribles qu’elles soient ! Combien de hautes civilisations n’ont pas été renversées par le fanatisme, la haine et l’ignorance des masses nouvelles ?
Combien les hommes sont aveugles quant à leurs propres défauts les plus graves, ne voyant pas que les maux sous lesquels ils sont courbés, ont été provoqués par eux-mêmes tandis qu’ils en maudissent les autres.
Que l’égoïsme des enfants de l’Homme est considérable, alors que la solidarité et l’interdépendance humaines devraient sauter aux yeux des moins instruits.

Sed non desperandum est ! Bien que tes doutes subsistent en tant de questions, bien que tu constates que les révélations données par les mondes supérieurs sont souvent contradictoires, et bien que tu te demanderas peut-être si tout n’est pas un destin aveugle et si nous avons un véritable libre-arbitre, continue à diriger ton regard vers le Suprême. Le désespoir et le découragement, le doute et le pessimisme conduisent fatalement à la perdition et à la destruction. Tant de signes se présenteront pour toi, qui te donneront la confirmation de ta liberté intérieure.

Si tu ne t’arrêtes pas à mi-chemin, la voix de l’intuition te donnera la lumière, précisément sur la plupart des points qui te semblent actuellement insolubles.

Ta haute destinée te sera révélée par ta voix intérieure; ton sentier sera éclairé par une lumière cachée ; mais ne mets pas alors à nouveau le doute comme un obstacle devant tes pas ; ouvre tes oreilles à la voix lointaine, elle te dira ce que tu as à faire, où tu dois chercher la lumière, sur quoi tu dois méditer. Sois obéissant alors au moindre signe, attentif à la plus petite lueur que tu découvriras, car sinon la voix pourrait cesser de se faire entendre.

Toutefois, après avoir demandé la Vérité chez bien d’autres, tu devras gravir tout seul la montagne sacrée ; personne, si ce n’est ton moi intérieur ne te servira de guide. Mais dans ton ascension solitaire, tu découvriras les superbes horizons qui rempliront ton coeur d’un bonheur débordant et te révèleront subitement des vérités profondes. Tu apprendras à lire dans le grand livre de la Nature, aussi bien que dans cet autre Livre, dont les lettres en nombre infini, scintillent au-dessus de ta tête.

Tu découvriras des vérités inattendues dans les yeux des hommes, dans les ailes du papillon dans les pétales d’une rose ou d’une violette, dans le chant du ruisseau, dans la majesté des cimes couvertes éternellement de neige, dans les nuages qui passent, et tu te demanderas comment il se fait que tu n’as pas connu plus tôt leur langage muet.

Tu seras éternellement avec ton moi supérieur bien que tu doives te sentir un avec tous, car tu comprendras par une révélation intérieure que tous les hommes sont unis dans le Suprême. Tu écouteras le chant mystique de la vie dans le bruissement de la cigale, dans le roucoulement de la colombe, dans le clapotis du ruisseau, dans le rythme de toute chanson humaine. Tu auras à développer la candeur de l’enfant, la simplicité d’un humble travailleur, rapportant cependant tout à l’utilité de tes frères en humanité.

Et tu ne te laisseras pas décourager par les contradictions que tu auras découvertes dans les religions, données comme directives à l’humanité et auxquelles ta pensée se reportera souvent. Interprète la pensée des Grands Instructeurs dans un sens synthétique, dans la compréhension sans cesse plus profonde de la grandeur, de la beauté de la vie, de la présence en nous-mêmes du mystère le plus glorieux révélé par l’Etre Universel. Ajoutes-y la tolérance la plus complète, le respect de toute croyance.

Tu découvriras, malgré leur défaut d’explication, quant à tant de choses illogiques et incompréhensibles, qu’il y a cependant un ordre profond, une harmonie admirable, un sens caché, une justice immanente dans le monde. Tu iras plus volontiers vers la croyance en ce Royaume des Cieux, en ce Père Céleste, révélé par son glorieux Fils, non l’unique, mais l’aîné, le plus parfait de tous nos frères, qui nous a montré le chemin et a réalisé la vie dans sa signification la plus haute, en révélant ainsi la Vérité.

Si tu te plains de la lenteur du progrès, considère que, malgré l’état statique de la Nature, il y a cependant une évolution constante de la vie et de la forme. Si tu te plains de la vilenie des hommes, de leurs vices et de leurs crimes, efforce-toi de réaliser sur toi-même ce que tu attends des autres.

Montre-toi un roi de la création, sublimant les vertus les plus hautes. Veuillez, comme Prométhée, arracher le feu ciel, le feu révélateur de la Lumière des dieux et de la grandeur de l’homme, pouvant atteindre des cimes toujours plus élevées de la pensée. Dans ton élévation, tu comprendras que la Vérité Suprême n’est pas accessible ici-bas mais que, telle qu’elle t’apparaîtra, elle est suffisante pour ton bonheur, ta dignité et ta compréhension de la Vie.

Si la Vérité n’est nulle part d’une façon absolue, elle est cependant potentiellement dans toute représentation sincère des choses. Elle est dans l’expression des sentiments inférieurs de l’homme ordinaire, comme résultat de son peu de développement aussi bien que dans les extases du saint détaché de ce bas monde.

Chaque homme est son propre chemin, sa propre lumière, sa propre Vérité.

Fr. Wittemans

10 décembre 2008 Posted by | Pépiements, Valeurs | Laisser un commentaire

Définition de l’islam

1. ISLAM, CORAN, HADITHS ET SUNNA

L’islam est un système religieux, politique, juridique et social initié au VIIe siècle par Mahomet, qui se déclare être le dernier prophète et donc LE prophète à qui Allah aurait transmis ses préceptes par l’entremise de l’ange Gabriel. Ces préceptes sont compilés dans le Coran. Ce Coran, fixe, immuable, non interprétable est formé de 114 chapitres appelés sourates et chaque sourate est formée d’un nombre variable de phrases appelées versets. Les sourates et les versets sont numérotés de manière standard depuis 1923, par exemple [4:34] désigne le verset 34 de la sourate 4. Il est à noter que Mahomet entendait les paroles de l’ange Gabriel pendant des crises mystiques ! «Les témoins disent qu’il (Mahomet) avait des syncopes au cours desquelles il avait de l’écume aux lèvres et des rugissements analogues à ceux d’un jeune chameau» (Mizanu’l Haqq, p. 345).
En plus de leur livre saint, les musulmans prennent aussi pour modèle Mahomet en s’inspirant de ses actes et paroles rapportés entre le VIIIe et le Xe siècle par les traditionalistes, Bukhari, Muslim, Daoud et d’autres encore dans les hadiths (les dires), qui forment la Sunna (tradition).
En parcourant les hadiths et le Coran (traduit en français par Hamidullah, version largement acceptée par les musulmans et qui est aussi celle que l’on trouve sur le site de l’UOIF), vous allez constater que l’islam est violent dès ses origines, qu’il est inégalitaire et discriminatoire envers les femmes, les non-musulmans, les homosexuels, etc., et qu’en fait, l’islam rejette et combat tout ce qui n’est pas lui-même.
C’est une idéologie qui instrumentalise une religion dans le but de soumettre par la persuasion ou la violence tous les non-musulmans du monde. D’ailleurs islam veut dire soumission en arabe et musulman soumis. Bien sûr les musulmans ne partagent pas cette analyse, d’où cet argumentaire ayant pour objectif de les contrer à l’aide de leur propre Coran et ainsi de montrer que l’islam est incompatible avec la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen, ainsi qu’avec toute déclaration à portée universelle.

2. TACTIQUE ET DIALECTIQUE DE L’ISLAM (GRANDESLIGNES)

a) Un point fondamental. Ne soyez jamais étonné qu’un musulman mente par omission ou par action, dissimule ou falsifie, car c’est une presciption coranique. Quand il s’agit de développer l’islam, tous les coups sont permis. La taqqya, qui s’écrit aussi takia ou takiya (dissimulation), est un devoir pour les croyants en situation d’infériorité (= de minorité). Par contre, dès que le rapport de force s’inverse, alors le musulman peut envisager l’agression:
« Ne faiblissez donc pas et n’appelez pas à la paix alors que vous êtes les plus hauts, qu’Allah est avec vous, et qu’Il ne vous frustrera jamais [du mérite] de vos œuvres. » [Coran 47:35].
On trouvera ici un exemple de cet « art de la takiya »

b) Quand  un musulman  affirme que l’islam est une religion de tolérance, de paix et d’amour , ne riez pas mais citer lui quelques sourates imprécatrices, prescriptices de haine et de violence, misogynes, antichrétiennes ou antijuives. Quand il est à court d’arguments il finit toujours par dire au bout du compte «… oui mais le Coran, pour le comprendre, il faut le lire en arabe.»
La parade est simple : d’innombrables musulmans sont incapable de traduire ou comprendre le texte, si bien qu’ils propagent par récitation inconsciente des valeurs que tout homme non psychopathe rejetterait. Un converti , sauf s’il lisait l’arabe, ce qui doit être extrêmement rare, serait une personne qui adopterait une religion dont il serait incapable de lire un traître mot du livre saint ! Ce n’est pas tenable, donc le musulman doit bien reconnaître implicitement qu’il existe des traductions du Coran en français acceptables pour un mahométan, ne serait-ce que celle de l’UOIF qu’on ne peut soupçonner d’être islamophobe . Ensuite il reste à le contredire avec les sourates de « son » Coran.

c) Il faut aussi réfuter l’argument récurrent utilisé par des musulmans qui souvent n’ont jamais lu le Coran, ainsi que par des Français ignares en islamologie qui jouent les idiots utiles de l’islam et qui affirment que l’islam est une religion comme les autres et donc que les musulmans ont les même droits que les adeptes des autres religions. Il faut objecter à cette affirmation que de nombreux versets incitant au meurtre figurent dans le Coran (aller au paragraphe 4 pour des exemples) ou encore lire les hadiths où le messager d’Allah, Mahomet lui-même, commandite de nombreux assassinats. Donc l’islam ne saurait être considéré comme une religion comme les autres. L’Islam est la seule religion au monde qui prone l’assasinat d’autrui.

d) A la longue liste de versets du Coran appelant clairement au meurtre des mécréants, les musulmans rétorquent souvent qu’ils ne faisaient que répliquer, que se défendre face aux attaques des « méchants » polythéistes. On reconnaît déjà à cette époque la posture victimaire des musulmans. Il faudrait donc croire que les arabo-musulmans ont conquis d’immenses territoires au nom d’Allah, uniquement en se défendant et parce que les autres peuples les attaquaient. Pour se convaincre au contraire de l’arrogance et de l’agressivité du chef de guerre Mahomet, il suffit de lire certaines lettres missionnaires qu’il envoyait aux différents chefs ou rois, pour les « inviter » à embrasser l’islam : aux chefs des tribus d’Arabie, aux rois de Byzance, de Perse, d’Abyssinie, etc. Voici la « lettre d’invitation » au peuple d’Oman : «Paix soit sur celui qui suit le chemin droit ! Je vous appelle à l’islam. Acceptez mon appel, et vous serez indemne. Je suis le messager de Dieu envoyé à l’humanité, et l’annonce sera effectuée sur les mécréants. Si, donc, vous vous identifiez à l’islam, j’accorderai la puissance sur vous. Mais si vous refusez d’accepter l’islam, votre puissance disparaîtra, mes chevaux camperont sur l’étendue de votre territoire et nous régnerons en votre royaume. Signé : Mahomet, messager de Dieu».

Il existe des diatribes récentes (2004-2006) similaires  émises par les présidents de pays musulmans (Lybie, Iran, Algérie…) : la pratique et la menace est toujours en vigueur

e) Il faut aussi savoir que 2 versets peuvent se contredire, mais Allah, étant omniscient et infaillible, a tout prévu. Dans un tel cas il a développé la doctrine des versets abrogeants (nasikh) et des versets abrogés (mansukh) qui consiste à décider que le verset le plus récent annule le plus ancien et donc qu’un verset médinois ou post-Hégire peut annuler, en cas de contradiction, un verset mecquois ou pré-Hégire. L’Hégire désigne la période où Mahomet a été chassé de la Mecque pour aller se réfugier à Médine. Pour preuve de ce qui précède, on peut citer les deux versets : « si nous abrogeons un verset quelconque ou que nous le faisons oublier, nous en apportons un meilleur ou un semblable. Ne sais-tu pas qu’Allah est omnipotent? » [Coran 2:106] et «Quand Nous remplaçons un verset par un autre – Et Allah sait mieux ce qu’Il fait descendre– ils disent: « Tu n’es qu’un menteur ». Mais la plupart d’entre eux ne savent pas.» [Coran 16:101].
Donc ne vous laissez pas désarçonner quand un adepte d’Allah vous cite un verset tolérant car il est vraisemblablement abrogé ou rendu obsolète par un verset médinois. Si l’islam était pacifique il ne devrait pas y avoir un seul verset violent dans le Coran… or des mots tels que «tuer», «combattre» ou «jihâd» y apparaissent des centaines de fois!

3. CHOIX DU CORAN

Nous avons déjà signalé tout l’intérêt que représente pour nous de choisir un Coran en français agrée par les musulmans eux-mêmes. C’est donc le Coran d’Hamidullah qui servira de référence dans la suite et uniquement celui-là. Toute personne éprise de rigueur aura le loisir de vérifier nos dires en consultant Internet ou en se procurant le Coran d’Hamidullah en version papier.
Remarque importante: le Coran («récitation» en arabe) est moins un texte que la récitation de ce texte en arabe. C’est donc, pour les non-arabophones, une longue suite de sons appris par cœur, dans des «écoles coraniques» (madrassa ) où le musulman apprend à haïr l’Occident. Il s’agit donc d’un véritable bourrage de crâne, un lavage de cerveau auquel le musulman est soumis souvent dès l’âge de 4 ans!

4. AU FIL DU CORAN

Dans ce qui suit, quand les mots « les » ou « ils » ne seront pas précisés ils désigneront tous ceux qui ne sont pas soumis à Allah : les Juifs, les Chrétiens, les hérétiques, les infidèles, les associateurs, les polythéistes et les mécréants.

a) Appels au meurtre
[Coran 2:191]
« Et tuez-les, où que vous les rencontriez; et chassez-les d’où ils vous ont chassés: l’association est plus grave que le meurtre. Mais ne les combattez pas près de la mosquée sacrée avant qu’ils ne vous y aient combattus. S’ils vous y combattent, tuez-les donc. Telle est la rétribution des mécréants.  »
[Coran 4:89]
« Ils aimeraient vous voir mécréants comme ils ont mécru: alors vous seriez tous égaux! Ne prenez donc pas d’alliés parmi eux, jusqu’à ce qu’ils émigrent dans le sentier d’Allah. Mais s’ils tournent le dos, saisissez-les alors, et tuez-les où que vous les trouviez; et ne prenez parmi eux ni allié ni secoureur.  »
[Coran 4:91]
« Vous en trouverez d’autres qui cherchent à avoir votre confiance, et en même temps la confiance de leur propre tribu.Toutes les fois qu’on les pousse vers l’association (l’idolâtrie) ils y retombent en masse. (Par conséquent,) s’ils ne restent pas neutres à votre égard, ne vous offrent pas la paix et ne retiennent pas leurs mains (de vous combattre), alors, saisissez-les et tuez-lesoù que vous les trouviez. Contre ceux-ci, Nous vous avons donné une autorité manifeste.
[Coran 5:33]
La récompense de ceux qui font la guerre contre Allah et Son messager, et qui s’efforcent de semer la corruption sur la terre, c’est qu’ils soient tués, ou crucifiés, ou que soient coupées leur main et leur jambe opposées, ou qu’ils soient expulsés du pays. Ce sera pour eux l’ignominie ici-bas; et dans l’au-delà, il y aura pour eux un énorme châtiment.(la mutilation de main et pied opposés est une peine légale de la charia appliquée de nos jours , en Iran entre autres par la justice officielle de cette religion de miséricorde)
[Coran 8:12]
Et ton Seigneur révéla aux anges : «Je suis avec vous: affermissez donc les Croyants. Je vais jeter l’effroi dans les cœurs des mécréants. Frappez donc au-dessus des cous (décapitation) et frappez-les sur tous les bouts des doigts.
[Coran 8:17]
Ce n’est pas vous qui les avez tués: mais c’est Allah qui les a tués. Et lorsque tu lançais (une poignée de terre), ce n’est pas toi qui lançais: mais c’est Allah qui lançait, et ce pour éprouver les croyants d’une belle épreuve de Sa part! Allah est Audient et Omniscient. Autrement dit c’est l’absolution par avance pour un meurtrier pour peu qu’il tue un infidèle au nom d’Allah.
[Coran 9:5]
Après que les mois sacrés expirent, tuez les associateursoù que vous les trouviez. Capturez-les, assiégez-les et guettez-les dans toute embuscade. Si ensuite ils se repentent, accomplissent la Salât et acquittent la Zakát, alors laissez-leur la voie libre, car Allah est Pardonneur et Miséricordieux.
[Coran 17:33]
Et, sauf en droit, ne tuez point la vie qu’Allah a rendu sacrée. Quiconque est tué injustement, alors Nous avons donné pouvoir à son proche [parent]. Que celui-ci ne commette pas d’excès dans le meurtre, car il est déjà assisté (par la loi). Donc selon le Coran il existe des raisons tout à fait valables, conformes au droit, de tuer.
[Coran 33:61]
Ce sont des maudits. Où qu’on les trouve, ils seront pris et tués impitoyablement.
[Coran 47:4]
Lorsque vous rencontrez (au combat) ceux qui ont mécru, frappez en les cous(décapitation). Puis, quand vous les avez dominés, enchaînez-les solidement. Ensuite, c’est soit la libération gratuite, soit la rançon, jusqu’à ce que la guerre dépose ses fardeaux. Il en est ainsi, car si Allah voulait, Il se vengerait Lui-même contre eux, mais c’est pour vous éprouver les uns par les autres. Et ceux qui seront tués dans le chemin d’Allah, Il ne rendra jamais vaines leurs actions.

b)Haine contre les Juifs, les Chrétiens et les infidèles
[Coran 5:51]
Ô les croyants! Ne prenez pas pour alliés les Juifs et les Chrétiens; ils sont alliés les uns des autres. Et celui d’entre vous qui les prend pour alliés, devient un des leurs. Allah ne guide certes pas les gens injustes.
[Coran 9:30]
Les Juifs disent: «Uzayr est fils d’Allah» et les Chrétiens disent: «Le Christ est fils d’Allah». Telle est leur parole provenant de leurs bouches. Ils imitent le dire des mécréants avant eux. Qu’Allah les anéantisse! Comment s’écartent-ils (de la vérité)?
[Coran 5:14]
Et de ceux qui disent: «Nous sommes Chrétiens», Nous avons pris leur engagement. Mais ils ont oublié une partie de ce qui leur a été rappelé. Nous avons donc suscité entre eux l’inimitié et la haine jusqu’au Jour de la Résurrection. Et Allah les informera de ce qu’ils faisaient.
Dans les hadiths, on peut facilement faire une «moisson » de propos antijuifs et antichrétiens parfois très violents comme: « Un groupe des Banû Israel (fils d’Israël) était perdu. Je ne sais pas ce qui leur est arrivé, mais je pense qu’ils se sont transformés en rats. » (Récit d’Abu Huraira, Muslim XLII 7135 et Bukhari LIV524).

c) Les 3 inégalités fondamentales de l’islam
Le musulman est supérieur au non-musulman
[Coran 3:110]
Vous êtes la meilleure communauté qu’on ait fait surgir pour les hommes, vous ordonnez le convenable, interdisez le blâmable et croyez à Allah. Si les gens du Livre (Chrétiens et Juifs) croyaient, ce serait meilleur pour eux, il y en a qui ont la foi, mais la plupart d’entre eux sont des pervers.

L’homme est supérieur à la femme
[Coran 4:34]Les hommes ont autorité sur les femmes, en raison des faveurs qu’Allah accorde à ceux-là sur celles-ci, et aussi à cause des dépenses qu’ils font de leurs biens. Les femmes vertueuses sont obéissantes (à leurs maris), et protègent ce qui doit être protégé, pendant l’absence de leurs époux, avec la protection d’Allah. Et quant à celles dont vous craignez la désobéissance, exhortez-les, éloignez-vous d’elles dans leurs lits et frappez-les. Si elles arrivent à vous obéir, alors ne cherchez plus de voie contre elles, car Allah est certes, Haut et Grand !

Le maître est supérieur à l’esclave
L’islam n’a pas encore abrogé l’esclavage, encore pratiqué en Arabie saoudite et au Soudan où la traite des Noirs est encore d’actualité, comme l’atteste le témoignage poignant d’un Soudanais noir et chrétien, nommé Simon Deng, réduit en esclavage par le régime arabe islamiste de Khartoum . Si l’islam n’a pas aboli l’esclavage (le peut-il ?) c’est tout simplement que son objectif est d’établir le califat mondial où les non-musulmans auraient le choix entre la conversion, la mort ou, dans le meilleur des cas, la dhimmitude pour les Gens du Livre (Juifs et Chrétiens), qui est un statut de sous-homme.(mais l’Islam est une religion d’égalité qui critique violemment les apartheid …chez les autres)

d) Peine de mort pour celui qui quitte l’islam
«Mais sans aucun doute je les aurais tués puisque le Prophète a dit : si quelqu’un (un musulman)s’écarte de sa religion, tuez-le.»(Récit d’Ikrima, Bukhari LII 260).
Vous en connaissez beaucoup, des religions qui appellent à tuer celui qui désire les quitter?

5. MAHOMET, LE «BEAU MODÈLE»

On ne peut pas terminer sans parler de ce drôle de « prophète » pour cette drôle de « religion ». Quelques traits du caractère de celui que tout bon musulman se doit d’imiter, trouvés dans les hadiths ou le Coran:

Mahomet était un tortionnaire
« Quand l’apôtre d’Allah eut coupé les pieds et les mains de ceux qui avaient volé ses chameaux et qu’ils leur eut enlevé les yeux avec des clous chauffés au feu, Allah le gronda et il révéla : la punition de ceux qui font la guerre à Allah et à son apôtre et qui les affrontent avec toutes leurs forces pour semer la discorde sur la terre sera l’exécution (par décapitation) ou la crucifixion. » (Récit d’Abu Zinad, Dawud XXXVIII 4357).

Mahomet était un assassin
« L’apôtre d’Allah a lapidé à mort une personne de la tribu des Banû Aslam, un Juif et sa femme. » (Récit de Jabir Abdullah, Muslim XVII 4216).

Mahomet était un pédophile
Mahomet les aimait jeunes « Khadija (première femme de Mahomet) est morte 3 ans avant que le Prophète parte à Médine. Il y est resté environ deux ans et il se maria ensuite avec Aïcha qui était une fillette de 6 ans ; elle était âgée de neuf ans quand il a consommé le mariage. » (Récit du père de Hisham, Bukhari LVIII 236).

Mahomet était un pillard
« Quand l’apôtre d’Allah avait l’intention de conduire une expédition de pillage, (ghazw ou ghazwa en arabe, ce que l’on traduit en français par razzia – dans le cas du Prophète, un tel pillage constituait un aspect du jihâd) il employait une formule équivoque pour faire croire qu’il allait dans une autre direction.»
(Récit de Ka’b ibn Malik, Bukhari LII 197).
« Au nom d’Allah le Très Miséricordieux. Ils t’interrogent au sujet du butin. Dis: « Le butin est à Allah et à Son messager. » Craignez Allah, maintenez la concorde entre vous et obéissez à Allah et à Son messager, si vous êtes croyants. » [Coran 8:1].

Tel est l’islam depuis quatorze siècles! C’est une idéologie qui instrumentalise une religion et qui vise à soumettre l’humanité au même titre que le nazisme ou le communisme. L’islam est incompatible avec la déclaration des Droits de l’Homme et avec tous les textes élevateurs pour la conscience dans le monde. Le Coran est un texte plus dangereux que « Mein Kampf » qui est lui interdit.

Que celui qui doute lise, et compare d’avec la situation sociopolitique des pays où il est en état dominance.

On juge l’arbre à ses fruits, et a minima à ses textes.

10 décembre 2008 Posted by | Référence | | Laisser un commentaire

Apprendre, c’est aimer

Apprendre, c’est connaître Connaître, c’est évoluer Evoluer, c’est devenir sage Etre sage, c’est aimer
Apprenons à ne voir que le plus beau en toutes choses, Aussi bien en vous qu’ à l’extérieur de vous, Ainsi vous créerez la perfection et la beauté en ce monde

10 décembre 2008 Posted by | Pépiements, Valeurs | Laisser un commentaire