Les dits de la Huppe

echos des sept vallées

une culture de chimpanzés?

« Les ciseaux battent la feuille qui elle-même a le dessus sur la pierre qui brise les ciseaux. Cette relation circulaire, plus compliquée à comprendre qu’elle n’y paraît, a été apprise avec succès à plusieurs chimpanzés (Pan troglodytes). Cette drôle d’étude a été menée par des chercheurs chinois et japonais sur 7 animaux (3 jeunes et 4 plus âgés) de l’Institut de Recherche sur les Primates de l’Université de Kyoto (Japon).

jeu « pierre-feuille-ciseaux »

Un test réussi pour 5 des 7 chimpanzés étudiés

Les scientifiques ont appris aux chimpanzés les relations entre chaque paire pour ensuite les présenter toutes de manière aléatoire. Les primates devaient choisir sur un écran tactile le bon mouvement pour gagner la partie. Selon les résultats de l’étude présentée le 10 août 2017 dans la revue spécialisée Primates, 5 des 7 chimpanzés ont terminé avec succès l’entraînement démontrant ainsi leur maîtrise des règles de ce jeu. Les scientifiques n’ont pas relevé de différences en fonction de l’âge ou du sexe de ces animaux.

Des performances semblables à celles d’un enfant de 4 ans

Par la suite, ils ont procédé aux mêmes tests mais avec 38 enfants âgés de 3 à 6 ans afin de comparer les processus d’apprentissage entre les deux espèces. Alors qu’il a fallu pas moins de 307 sessions en moyenne aux 5 chimpanzés pour qu’ils réussissent le test, la majorité des enfants l’a réussi au bout de 5 essais. Chez ces derniers et à l’inverse de leurs cousins primates, l’âge – mais pas le sexe – a une incidence non négligeable sur les performances. Les enfants de 3 ans atteignent en moyenne les 25 % de réussite alors que ceux âgés de 6 ans frôlent les 100 %. En comparaison, les chimpanzés obtiennent des scores équivalents à ceux des enfants de 4 ans, soit 66 % de réussite.

Pourquoi de telles divergences ? Les chercheurs pensent qu’elles proviennent des différences d’apprentissage entre les deux espèces. Tandis que les enfants les plus jeunes changent immédiatement de choix après une mauvaise réponse, les chimpanzés vont mettre bien plus de temps à se corriger.
Pourquoi ? »

Cela reste un mystère pour les chimpanzés, mais pourrait expliquer la non-évolution récurrente de certaines cultures… qui refusent de se corriger devant la révélation de leurs erreurs…


« Dans le monde dominé par l’islam, l’évolution se fait non par le dépassement dialectique des contradictions, mais par la destruction systématique des différences, des traditions antérieures à l’islam.
Ce phénomène explique l’impressionnante immobilité de cette civilisation dont la temporalité est rythmée par le principe de l’éternel retour aux sources. Dans cette civilisation de l’immobilisme, la vérité est à chercher dans «l’origine». C’est elle qui donne sens à toute démarche, religieuse, politique, juridique ou culturelle qui vise à retrouver ce qui a été perdu ; restaurer ce qui a été corrompu –selon les musulmans– purifier ce qui a été «souillé».
L’islam est l’illustration de la théorie nietzschéenne de l’avenir qui est pensé comme revenir, comme retour du même.

Sur cette question fondamentale de la temporalité, l’islam s’écarte des voies ouvertes par la Bible.
Dans la problématique hébraïque, le temps est une ligne infinie et l’histoire se déroule autour de la «construction» de l’homme qui se fait génération après génération. Dans et par ce flux, l’homme s’améliore et s’élève, chaque nouvelle génération profitant des apports de celles qui l’ont précédée.
La temporalité est inséparable du progrès. Partant des textes fondateurs, les Juifs sont tendus vers le futur qu’ils imaginent toujours meilleur et qu’ils travaillent à rendre meilleur. Ils évoluent entre ces deux pôles extrêmes, celui de la tradition sans cesse revisitée par l’exégèse et l’échange de maître à élève, et celui de la création par définition toujours nouvelle.

À l’inverse dans l’islam, l’éloignement de «l’origine», est perçu comme dégradation, perte.
L’évolution est trahison, dénaturation du sens pur de l’origine, le Coran étant considéré comme perfection par définition indépassable. Il se veut clôture englobante. (bida)
Mahomet se présente comme le dernier des prophètes, celui qui dit les derniers mots, donc comme inaugurant la fin de l’histoire.
Dans cette secte religion, la notion de liberté n’a pas vraiment de sens, elle n’est même pas comprise. Pour le croyant, il n’y a qu’un seul comportement possible : obéir, se soumettre, marcher sans se poser de questions, dans le chemin de Dieu. S’éloigner des autres, les impies, les mécréants. Ne pas discuter avec eux des choses de la foi ; les soumettre à la vraie Loi ( celle de Mahomet). À défaut, les chasser, voire les massacrer.

D’où ce mouvement circulaire qui caractérise l’histoire des peuples gagnés à la religion du Prophète : aux brèves périodes de «progrès» (perçus comme processus d’éloignement-corruption de l’islam) succèdent de longs cycles de destruction et d’immobilité fondés sur le strict retour aux textes et à la vie du « se-disant » prophète.

Ce phénomène s’observe dès l’origine et se reproduit de nos jours avec une terrifiante monotonie en Iran, en Algérie, en Égypte, au Yémen, au Soudan, en Turquie, en Afghanistan, etc.
Les riches aristocrates Omeyyades sont impitoyablement massacrés par les Abbassides qui prônent le retour au Coran : « Le calife affirmait régner en vertu de l’autorité divine, en tant que membre de la famille du Prophète. Il assurait aussi qu’il gouvernait conformément au Coran et aux bonnes règles de conduite que l’on définissait de plus en plus par référence au comportement habituel du prophète (sunna). (cf. Albert Hourani, Histoire des peuples arabes*, p.62)

Rien n’a changé depuis les premiers siècles de l’islam et ce principe est revendiqué aujourd’hui et mis en application dans de nombreux pays gouvernés par la Charia.

Cette mécanique «progrès-destruction-immobilisme» s’observe partout où l’islam s’est imposé.

L’islam est, de ce point de vue, non seulement incompatible avec la modernité (entendue comme rupture d’avec la tradition et intégration continue de nouvelles normes dont l’homme est le créateur et le seul juge), mais il se pose, dans sa forme politique radicale (laquelle prétend être détentrice de la seule et unique Vérité, celle du message délivré par le Prophète) comme arme de destruction massive de la modernité et de toute évolution en général.

Pas une seule découverte scientifique ou technologique majeure n’est imputable à l’islam y compris pendant le fameux âge d’or.
Comme l’écrit Anne-Marie Delcambre « l’âge d’or de l’islam c’est l’or de Byzance, dans un premier temps, et l’or de la Perse ensuite. L’islam “civilisation” c’est, en réalité, l’ensemble des emprunts faits aux convertis étrangers, voire aux dhimmis, c’est-à-dire aux juifs et aux chrétiens. (“La schizophrénie de l’islam*”).
Une lutte sans fin est engagée entre les civilisations qui croient au progrès et celles qui ne croient qu’en la prétendue “pureté”, en la prétendue “perfection”, en la vérité de l’Origine.

Toutes les idéologies totalitaires fonctionnent sur ce scénario du nécessaire rétablissement de l’origine. Nazisme et islamisme appartiennent incontestablement à cette dernière catégorie.

L’islam se révèle bien ainsi comme le dernier totalitarisme prévu et prophétisé… »

tel une culture de chimpanzé qui n’apprend quasiment jamais de ses erreurs…

@SydneyTouti

Publicités

13 août 2017 Posted by | Anthropologie | , | Laisser un commentaire