Les dits de la Huppe

echos des sept vallées

Christ versus Mahomet

Ce texte se propose de dresser un petit récapitulatif non exhaustif des pratiques du Christ et de Mahomet

On montrera que dans sa pratique,Mahomet (dont le vrai nom est Qotb) est en tous points diamétralement à l’opposé du Christ (pauvre église catholique post Concile Vatican II, oublieuse des textes…).

Le Christ est né d’une vierge dans une étable et mène une vie d’humilité jusqu’à sa mort,atroce et glorieuse.

Mahomet est né quatre ans après la mort de son supposé père Abdallah ! de Amina.
les Ulémas expliquèrent ce « phénomène » en affirmant qu’un fœtus peut rester 4 ans dans le ventre de sa mère !!

Le Christ multiplie les pains, Mahomet arrache le pain de la bouche des gens en les pillant.

Le Christ rend la vue à l’aveugle, Mahomet crève les yeux de ses victimes (en arabe samala ouyounahoum), les vole et les laisse mourir de soif dans la chaleur du désert.
Le Christ réveille les morts, Mahomet assassine les vivants.

Le Christ parle aux femmes comme un être civilisé, Mahomet les traque comme des proies sexuelles.

Le Christ parle aux femmes, les regarde dans les yeux, sans penser à mal, Mahomet est un pervers sexuel, pour lui la femme ce n’est que « ça », awra, les « hidjabise » car il est esclave de ses instincts.

Le Christ rencontre la samaritaine, la sauve de la lapidation des Pharisiens, ridiculise les donneurs de leçon par son fameux : « que celui qui n’a jamais péché jette la première pierre ».

Mahomet reçoit une femme ayant commis l’adultère, il la laisse « libre » jusqu’à la fin de l’allaitement de son bébé, où il ordonne sa lapidation, laissant son bébé orphelin…
Le Christ a vécu une vie de chasteté, Mahomet une vie de débauche.
Le Christ nous laisse le Sermon sur la Montagne, (go tell it on to the mountain chante la grande Mahalia Jackson), Mahomet laisse la haine des juifs, des chrétiens, des femmes bref du genre humain tant qu’ils n’auront pas fait leur soumission à lui et son Allah bédouin.

Le Christ demande à son disciple de ranger son épée et de ne pas s’en servir contre le soldat romain, Mahomet mena 27 razzias, arma les bras des assassins, même des vieilles femmes (Oum Kirfa) et des mères avec bébé (Asmae bint Marwan).

Vierge en gloire

Vierge en gloire

Le rapport du Christ avec les femmes est fraternel, une femme verse du parfum sur ses pieds en signe de respect, Mahomet est un harceleur, ses épouses se disputent entre elles qui passera la nuit avec lui et Aicha le cocufiera à volonté(les chiites l’appellent Al zaniya , l’adultère).

Au 3e jour de sa mort, ce sont des femmes qui vont à son tombeau pour voir que le Christ est monté au ciel et apporter la bonne nouvelle, Mahomet a eu affaire à une femme juive qui se vengea des crimes qu’il commit sur les siens en l’empoisonnant.
On peut continuer mais quinze siècles de soumission aveugle au dogme de Mahomet font de lui le plus grand ennemi des femmes.

A elles de sortir de leur burqa mentale !
Puissent les âmes égarées revenir avant la fin !

Publicités

6 août 2013 Posted by | Religion, Spiritualités | , | Laisser un commentaire

Même un dogme perverti peut être facteur d’élévation de conscience

La métaphysique n’a qu’un temps. Le passage à la rationalité demande de se dépasser, et ça ne peut être que par la pensée de plusieurs, là où la métaphysique peut-être l’œuvre d’un seul.

Je ne crois pas que l’Orient ait perdu le sens de la spiritualité, et que l’Occident soit la spiritualité aboutie. Disons que nous, occidentaux, le pensons et que nous comprenons beaucoup moins bien la pensée orientale. Je pense que c’est de la confrontation des deux mondes, et je ne cite pas les autres, que sortira une additions de points de vue qui élargira le regard de tous.

Il n’y a pas de spiritualité cachée volontairement, il n’y a qu’une forêt qui cache l’arbre véritable.

Et oui, j’ai lu le Coran. « Dieu » y est cité, ou plutôt « prétendu » (voir cChrist versus mahomet) . Je n’y vois qu’ une « révélation » humaine. Je dirais que les apparitions de « Dieu » dans le Coran s’adresse aux musulmans de premier niveau. C’est l’obligatoire argument d’autorité. Il n’empêche que même un musulman de niveau supérieur peut « sublimer » cette présence, et bien entendu l’argument d’autorité qu’il représente.

Ce « Dieu » n’est plus anthropomorphique, c’est une transcendance. Si je devais tuer son « Dieu » , je m’en trouverais tout aussi odieux que si j’empêchais quelqu’un d’admirer l’œuvre d’un peintre. La rationalité ne doit pas exiger l’incroyance, parce que ce faisant, elle tuerait une part importante de l’homme tout en le laissant sans réponse.

L’Islam n’est pas la seule religion à laquelle je m’intéresse. Ce que je cherche, c’est la finalité de la religion. Dans son étymologie, déjà elle « relie » les croyants sur une base qui leur est commune. C’est aussi la finalité de la laïcité sur ce qui est commun à tous les êtres humains, sans, pour cela, lui enlever ce qui lui est particulier. On aurait tort de croire à une finalité obscurantiste de la religion. La religion n’est qu’une des façons parmi les autres que l’humanité à trouver pour se solidariser. Une religion n’est qu’un système social, variable dans le temps et dans l’espace…descriptif de liens sociaux, et non normatif en « morale ».

L’ennemi est ailleurs. Il est dans la motivation individualiste qui veut se singulariser et se différencier de « l’esprit commun ». Il y aura toujours des opportunistes, des motivations masquées, et des hypocrites, et puis des « montreurs du doigt » qui amalgameront toujours l’ensemble à sa partie la plus médiocre. Pourquoi ? Tout simplement parce que la potentialité de l’homme s’inscrit dans le meilleur comme dans le pire, et y cherche cette efficacité supérieure que lui réclame la sélection naturelle.

Le rituel est  une occupation puérile. Elle l’est certainement pour beaucoup, mais c’est aussi une façon de se reconnaitre comme étant adhérant de … et s’empêcher de l’oublier. Et puis le rituel interroge sur son adhésion et sur sa propre constance. Le rituel peut aussi être laïque. Que fait-on d’autre en se disant « bonjour » même si on ne le pense pas ? Que fait-on d’autre en se parlant, si ce n’est adhérer à un rituel de communication qui n’a d’autre finalité que le dialogue, c’est-à-dire le contraire de deux monologues. La vie de n’importe quel être humain EST rituel du lever au coucher, de la naissance à la mort.

C’est par sa controverse intérieure que l’individu progresse. Il ne suffit pas de se contenter de posséder des nombres pour « être », il faut rajouter d’autres nombres à ceux que l’on possède déjà pour « devenir ». On est l’information que l’on contient. Vivre, c’est apprendre. Surtout ce que l’on est pas.

main Zebre

ainsi même un culte déviant,  outil des forces d’obscurité peut se révéler un objet d’élévation si une belle âme le rencontre et le transmute en elle-même : « Dieu éclaire qui il veut »

6 août 2013 Posted by | Pépiements, Religion | , | Laisser un commentaire